Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MES CLES ...

Une machine mozartienne faisait jouer à mes clés un rôle cauchemardesque. Elles n'étaient ni de sol, ni de fa: elles étaient tout juste elles-mêmes, du bémol ajouté à du charbon de bois.

Dans le même ascenseur à vitres, une violoniste pressée prétendait m'offrir sa fille pour que je la fasse jouer. Voulait-elle que je l'habille de noir comme un wunderkind jeté en pâture au public ou juste que je l'étrille afin que ses cheveux blonds brillent à côté des hautbois?

Comme l'enfant avait les yeux noirs, je pouvais passer pour sa mère. Cela aurait permis au père qui était plus entremetteur qu'accompagnateur- piano et plus dragueur que solfégiste d'aller se produire en artiste acrobate velocipédiste dans un cirque à projecteurs avant de finir sa soirée dans un cabaret soviétique, oubliant dans mon studio surchargé de dictionnaires, de dessins inachevés et de brouillons de romans définitivement avortés à côté d'une plante verte, la petite reine de son coeur.

Tandis que je calmais l'enfant qui se voyait orpheline et surtout enregistrait que sa mère violoniste n'avait même pas pris note de mon identité, que ses deux parents fuyaient pour oublier mon adresse, on me disait au téléphone que la belle musicienne avait séduit mon mari qui avait les yeux bleus comme elle, que je n'avais plus qu'à retrouver la partitiion  où une femme chante ' Schlüssel', ' Schlüssel' si je voulais avoir une chance de les rejoindre vers Passau puisqu'ils descendaient le Danube sur un paquebot -croisière où ils formaient un duo rayonnant: violon- piano...

Extrait de " Machines" 2008.

Une bicyclette mozartienne enregistrée à Passau

Une bicyclette mozartienne enregistrée à Passau